Je suis la Fin du RTC

Published by Anne ANDRIANARIMANANA on

Je suis la Fin du RTC

Le RTC ou Réseau Téléphonique Commuté, est le réseau historique utilisé pour fournir le service de téléphonie fixe, que ce soit aux particuliers ou aux entreprises.

Utilisation actuelle du RTC

Depuis son origine, l’utilisation du RTC s’est développée.
Il n’est en effet plus uniquement utilisé pour véhiculer de la voix mais également des flux de données induits par de nouveaux usages. C’est par exemple le cas de certains Terminaux de Paiement Electronique (TPE) ou de téléalarmes.

La répartition actuelle des usages est la suivante :

Après des années de bons et loyaux services, le RTC s’approche de son crépuscule pour laisser la place à de nouvelles technologies.

Ces solutions technologiques de substitution existent depuis près de 20 ans, mais force est de constater que le marché grand public a évolué plus rapidement que le marché Entreprises.

Nous constatons donc que le réseau RTC reste très utilisé avec des usages variés pour lesquels des solutions doivent être apportées afin de s’affranchir complètement du réseau RTC.

Pourquoi arrêter le service RTC ?

L’arrêt du RTC s’explique par l’obsolescence de la technologie et des équipements qui le composent. En outre, les opérateurs téléphoniques sont confrontés à une perte progressive de l’expertise technique sur le RTC dans leurs équipes d’exploitation, phénomène notamment engendré par l’avènement de l’IP dans les télécommunications depuis environ deux décennies.

Les technologies concernées par cet arrêt sont les suivantes :

Offres Analogiques :

  • Lignes directes
  • Lignes à usage spécial

Offre Numéris

  • Accès de base T0
  • Accès primaire T2

La transition vers les nouvelles solutions technologiques ne sera pas pour autant réalisée de manière brutale.

En effet, le planning prévisionnel de fin du RTC débutera par l’arrêt de la commercialisation des offres, suivie quelques années plus tard par l’arrêt technique des services existants. Ce dernier sera réalisé par plaques géographiques.

L’ARCEP a imposé à l’opérateur historique de communiquer la date d’extinction du service de chacune de ces plaques géographiques avec un préavis de 5 ans.

Il est à noter que la fin annoncée du RTC ne signifie pas la fin de la téléphonie fixe ni celle de l’infrastructure cuivre utilisée encore pour des liaisons xDSL par exemple.

Cependant, l’arrêt technique du RTC signifie que les équipements portant le service seront décommissionnés et que les lignes analogiques et numériques seront migrées vers un support IP.

Différences d’architecture ?

Les principales différences entre l’architecture du RTC et sa remplaçante résident dans le cœur de réseau des opérateurs et dans les équipements qui le constituent.

Le RTC historique se base sur une architecture TDM hiérarchisée tandis que les réseaux téléphoniques publics de nouvelle génération se basent sur l’IP, avec des réseaux  « any to any » et des nœuds de raccordement à ces derniers.

Quelles solutions de remplacement ?

Des solutions existent afin de procéder à la migration des lignes existantes vers l’infrastructure cible. Nous retrouvons deux catégories de solutions en fonction de la cible visée.

La principale solution grand public consiste à mettre en place un équipement en coupure qui réalise l’interconnexion entre l’équipement téléphonique existant et le réseau IP (Box VoIP). Mais cette interconnexion peut parfois être réalisée par l’intermédiaire du réseau mobile des opérateurs, ces derniers proposant des passerelles GSM raccordées aux terminaux téléphoniques pour certains usages.

Enfin, avec le développement des réseaux IoT (LORA et Sygfox) les opérateurs commencent également à proposer des solutions consistant à connecter les nouveaux équipements sur ces réseaux IoT.

Les principales solutions à destination des entreprises sont les suivantes :

  • Mise en place d’un Integrated Access Device (IAD) pour permettre la conversion entre la téléphonie traditionnelle TDM et l’IP
  • Création d’un Trunk SIP « On premise »
  • Mise en œuvre d’une solution de Trunk SIP « Cloud »

Integrated Access Device (IAD)

Cette solution consiste à ajouter un équipement IAD sur le PABX afin de réaliser l’interconnexion avec le réseau téléphonique IP. L’Integrated Access Device permet de connecter un équipement analogique sur une liaison xDSL.

Trunk SIP « On Premise »

La solution Trunk SIP « On Premise » se base sur une infrastructure ToIP interne avec la présence de passerelle ToIP ou de postes téléphoniques IP sur site et d’un ou plusieurs gestionnaires d’appels dans le(s) Datacenter(s) de la société. Un Trunk SIP est configuré entre le(s) gestionnaire(s) d’appels et un équipement opérateur afin que le service de téléphonie utilise le réseau IP. Dans cette solution, l’infrastructure centrale de téléphonie appartient et est exploitée par le client.

A noter que dans cette architecture, EVA GROUP préconise à ses clients de mettre un Session Border Controller (SBC) en coupure de son gestionnaire d’appels et l’équipement opérateur.

Le SBC joue en effet le rôle de firewall protégeant le réseau IP du client. Il peut également avoir d’autres fonctions fort utiles, telles que l’adaptation de protocole, le transcodage et également le rôle de proxy.

Trunk SIP « Cloud »

La solution SIP Trunk « Cloud » se base sur la présence de passerelle ToIP ou de postes téléphoniques IP sur les sites clients et d’un gestionnaire d’appels hébergé chez l’opérateur et exploité par celui-ci. Les passerelles ToIP ainsi que les postes IP du client sont rattachés sur ce gestionnaire d’appels.

Les communications transitent alors via un réseau IP dédié au client et géré par ce même opérateur. Celui-ci gère, pour les communications externes, l’interconnexion entre ce réseau IP privé et son propre réseau téléphonique IP. Dans cette solution, l’infrastructure centrale est donc complètement exploitée par l’opérateur.

La contrainte liée à cette solution réside dans le fait que les réseaux WAN et téléphonies doivent au même opérateur.

Conclusion

La fin du service RTC a été annoncée mais sa disparition interviendra par région et ne commencera pas avant 2022.

La fourniture par les opérateurs de premières solutions de remplacement va permettre aux entreprises d’étudier la solution appropriée à leur contexte afin de migrer vers le réseau téléphonique IP.

Quentin DUVALET

Consultant EVA Group
Categories: EVATECH